Je demeure d'accord que naturellement tout corps est étendu, et qu'il n'y a point d'étendue sans corps [ ]

Ceux qui veulent que l'étendue même est une substance, renversent l'ordre des paroles aussi bien que des pensées. Outre l'étendue il faut avoir un sujet, qui soit étendu, c'est-à-dire une substance à laquelle il appartienne d'être répétée ou continuée. Car l 'étendue ne signifie qu'une répétition ou multiplicité continuée de ce qui est répandu, une pluralité, continuité et cúxistence des parties ; et par conséquent elle ne suffit point pour expliquer la nature même de la substance répandue ou répétée, dont la notion est antérieure à celle de sa répétition.

 

Leibnitz, Système nouveau de la nature et de la communication des substances